lundi 17 novembre 2014

Le nouvelle série du moment : Gotham



Personnellement c'est une série que j'attendais avec impatience mais aussi avec un peu d'appréhension (après Smallville je me méfie un peu de toute série qui se prétend "préquel" d'une histoire de comics, parce qu'admettons le, Tom Welling a beau être mignon, Smallville on fais pas moins Comics).

Alors que vaut la série Gotham ? 

Je vous préviens tout de suite, rien à voir avec Smallville, mais alors vraiment pas.
Gotham, c'est un univers sombre et angoissant. Ca me rappelle la série Batman quand on était petit, c'est le Gotham comme on l'imagine, une ville sale, puante, gangrenée par les organisations criminelles et une police corrompue, un maire vendu et un gouvernement influencé par la mafia.

Pour le moment l'histoire est assez simple :
James Gordon, jeune inspecteur plein d'ambition et d'espoir viens de commencer son nouveau travail où il fait équipe avec Harvey Bullock inspecteur véreux et corrompu. Sa première enquête, le meurtre de Martha et Thomas Wayne, assassinés devant leur fils Bruce, 12ans. Touché par la détresse du garçon, Gordon lui promet d'élucider le meurtre, peut importe le temps qu'il lui faudra. C'est ainsi qu'il découvre l'univers corrompu de Gotham, la face -pas si- cachée de la ville qu'il aimait tant.
Il fais ainsi la connaissance de plusieurs personnages dont on connais l'avenir comme : 
Oswald Cobblepot, le futur Pingouin qui travaille pour Fish Mooney, Selina Kyle, la futur Catwoman, jeune orpheline qui vie dans la rue, Ivy Pepper (Poison Ivy) ... Mais après ça part un peu dans tout les sens, avec des personnages secondaires dont on ne voit pas trop l'intérêt et des intrigues imbriquées dont on ne vois pas la fin.

On est Gotham ou on ne l'est pas 

Oui mais voilà, Gotham, c'est Batman, sans Batman. Et d'ailleurs, on ne comprend pas très bien l'intérêt du personnage de Bruce qui n'apporte rien à l'histoire, en effet on sait tous comment il va finir mais pour le moment il n'est rien d'autre qu'un adolescent en pleine crise que se brule la main avec une bougies et d'autres trucs très dark avec un air d'ado dépressif. On a du mal à voir un avenir se profiler pour le personnage (en tout cas en ce qui concerne l'intrigue de la série) et on se demande ce qu'il fait là. Les seules interactions qu'il a avec l'histoire sont les moment où Gordon vient lui faire son petit rapport et lui promettre qu'il trouvera l'assassin de ses parents. Les autres personnages du comics comme Catwoman par exemple, ont l'air d'être surtout là pour nous rappeler le potentiel de la série.

Gordon et Bruce, une promesse les yeux dans les yeux 

La première saison semble être centrée autour du personnage de Cobblepot et de son ascension sociale et démoniaque, c'est d'ailleurs le seul personnage un peu travaillé chez qui on vois un vrai fond. Tous les autres ont un seul trait de caractère auquel il se tiennent : Gordon est le flic gentil, Bullock le flic véreux mais futé, Cat vole du lait et se tapis dans l'ombre, ... 

Selina, qui fais des trucs de chat

L'univers et les décors de la série sont vraiment géniaux, on sent la Gotham vivante, la Gotham authentique, hors du temps et de l'espace. 

Le pingouin, dans toute sa pingouinitude

Le problème avec cette série, c'est qu'on sent tout le potentiel qu'elle a, le potentiel de chaque personnage, mais que pour le moment, on en reste là, du potentiel. Jusqu'à présent Gotham, c'est une série policière, où deux coéquipiers opposées l'un à l'autre travaillent ensemble pour résoudre des crimes différents à chaque épisode. Avec des méchants badass qui se baladent dans le lot mais dont on ne fais que deviner la badassitude (si si c'est un mot). Il y a une ambiance certes, mais pas grand chose de plus jusqu'à présent.


Nous on combat le crime, tant que c'est pas trop compliqué politiquement, on voudrais pas créer des embrouilles avec la mafia voyez vous 

En résumé, pour le moment, Gotham, c'est beaucoup de bruit pour pas grand chose, mais j'attend de voir où cela va nous mener car on sent le potentiel et peut être une histoire plus concrète sur le point d'éclater.